Nouvelles Rubriques

meilleures_publicités.jpg

Ehoo, bonjour tout le monde.
En surfant sur ma page d’accueil, n’oubliez surtout pas de consulter les deux nouvelles rubriques
Meilleurs publicités & Métiers de la com, ok, je compte sur vos retours!!!



Votre nom en arabe ?

offrecalligrafik.jpg
Curieux de voir votre nom traduit en langue arabe et en calligraphie ?
Avec vintsis c possible, dès la réception de votre mail avec votre nom complet, je vous envoie un fichier écrit en arabe en callgraphie. plus vite vous demandez ça, plus vite vous serez en tête de liste.
Bonne lecture



Calligraphie latine

calligraphielatine.jpg

La calligraphie latine est associée à l’histoire de l’écriture en Europe avant et après l’utilisation de l’imprimerie et sur la base de l’alphabet latin des Romains. Les manuscrits (pratique de la copie manuelle d’un livre) ont poussé à pratiquer l’écriture comme un art en y associant souvent l’enluminure ou l’illustration. Elle a connu une évolution constante. Petit à petit sont nées de nouvelles lettres (le V et le J), les espaces entre les mots, la ponctuation et l’emploi des majuscules à partir des lettres décorées.
La pratique de la calligraphie latine est généralement associée à la copie de manuscrits par les moines chrétiens. Pour eux, il s’agissait de beaucoup plus qu’un travail : c’était une forme de prière, qui était à la fois une louange et une ascèse. La calligraphie, qui nécessite — ne serait-ce que techniquement – une grande concentration, une sûreté des gestes acquise par une longue pratique, donc une hygiène de vie pouvant effectivement aller jusqu’à l’ascétisme, en dehors même de toute considération spirituelle mais souvent associée de fait, est donc souvent une activité de religieux, et pas seulement en Occident.
Puis, au fil de l’histoire, elle a évolué au gré des influences culturelles, politiques et commerciales et des innovations techniques. Selon le support utilisé (pierre, cire, papyrus, parchemin et feuille), elle se pratique avec un ciseau, un style, un calame ou une plume (plume d’oiseau, puis plume métallique). L’alphabet latin des débuts a donné naissance à une multitude de variantes dont :

• les écritures romaines : capitale, rustica, Onciale, quadrata, semi-onciale ;
• les écritures insulaires (celtique) ;
• les écritures caroline puis gothique primitive ;
• les écritures gothiques : textura, majuscules, capitales lombardes, bâtarde anglaise et bâtarde flamande, fraktur, schwabacher, cursive ;
• les écritures humanistiques : rotunda, capitales, chancelière (
cancellaresca, ou écriture de chancellerie, également appelée pour l’imprimerie « italique ») ;
• les écritures françaises classiques :
ronde, bâtarde, coulée, en usage jusqu’au XXe siècle et souvent abusivement confondues avec l’anglaise.
• les écritures anglaises.
• la gestuelle (calligraphie actuelle pratiquée avec des pinceaux, divers types de plumes, des outils détournés comme le tire-ligne, le folded-pen…)

L’arrivée de l’imprimerie et de la presse de Gutenberg signifie la fin des manuscrits. A cette époque, la calligraphie latine influence tour à tour les premiers caractères en plomb (la première bible de Gutenberg, en gothique ; les bâtardes gravées de Geoffroy Thory), puis subit à son tour son influence (anglaise ou « copperplate » en anglais,qui signifie « plaque de cuivre gravée »). Elle a cependant continué d’être enseignée à l’école jusqu’au milieu du XXe siècle avec l’écriture à la plume fine, ses pleins et ses déliés, sur la base d’une anglaise simplifiée.
Le stylo à bille puis le traitement de texte l’ont fait disparaître de la vie courante, mais elle reste le lieu d’une recherche graphique plus qu’active aujourd’hui, avec l’apparition de nouveaux styles, comme la « gestuelle », l’utilisation d’outils fabriqués (foldedpen) et l’utilisation de techniques mixtes. Notons que si elle est détrônée par la typographie, grande pourvoyeuse de nouvelles polices d’écriture, elle sert souvent d’inspiration à celle-ci, puisqu’on trouve nombre de polices imitant la calligraphie manuelle (police choc de Roger Excoffon, inspirée des coups de pinceau de la calligraphie orientale ; police zapfino, inspirée de l’écriture « à la plume », du typographe Hermann Zapf).
De nos jours, elle est présente partout autour de nous, dans la publicité, les logos, les étiquettes de produits, les enveloppes (art postal), etc.
N.B : Merci Wikipedia



Création de visuels pour le Québec

macalig06.jpg

macalig02.jpg

J’ai réalisé pendant le mois de Septembre dernier quelques affiches pour un ami au Québec, afin de décorer sa nouvelle librairie qu’il a ouvert y’a 2 mois.
Ces affiches sont de différentes dimension, et illustrent le mélange culturel entre la langue arabe et française, avec des tons de couleurs différents selon les peintures murales existantes déjà dans cette librairie, qui est spécialiste dans les ouvrages d’art contemporain, de l’architecture, design, calligraphie étrangère, culture arabo-française et arabo-anglaise.
D’autres visuels vont suivre, vous les trouverez prochainement détaillés sur un nouveau album réservé que pour ça.



Calligraphie Arabe

Calligraphie Arabe

L’utilisation de l’écriture comme un art est l’une des composantes les plus caractéristiques des arts de l’Islam.
L’arabe est la langue de la révélation coranique pour la religion musulmane. Cette langue se diffuse très rapidement dans tout le monde islamique, pendant la conquête musulmane. L’écriture fait de même, puisque très tôt, le Coran est recopié, et l’écrit devient un des principaux moyens de diffusion du message religieux. Si la langue est à la fois un outil liturgique, de communication et de transmission de savoir, l’écriture possède donc, parallèlement, une triple fonction : religieuse, utilitaire et ornementale. L’écriture varie selon la nature et la destination des écrits et des supports.

On compte de nombreux styles calligraphiques, divisés en deux grandes catégories : le kufique, aux caractères angulaires, qui naît très tôt avec l’écriture hijazi des premiers Corans et se développe, tant en Égypte qu’en Iran et le cursif, aux caractères déliés. Ces deux grands types varient énormément, selon le pays et l’époque où ils sont employés. On peut citer par exemple, pour les calligraphies angulaires, le kufique tressé, où les hampes se mêlent, ou encore le kufique animé, dont les lettres se terminent par des visages humains et animaux. Dans les cursifs, on distingue en général six styles canoniques :
• le naskhî, l’un des premiers à se développer, rapide et lisible, très utilisé dans le monde arabe. Une de ses variantes, le maghribî, est usitée en Al-Andalus et au Maghreb ;
• le
muhaqqaq, en faveur sous les Mamelouks, penché vers la gauche ;
• le
thuluth, également très utilisé à la période mamelouke en Égypte, qui se caractérise par la hauteur des hampes ;
• le
rayhânî ;
• le
riqâ’, proche du thuluth, qui sert uniquement dans des documents administratifs ;
• le
tawqî’, à propos duquel on peut faire la même remarque.

Pour les langues étrangères à l’arabe (persan, turc, berbère, ourdou, croate ou encore swahili), d’autres styles se développent, comme le nasta’lîq, écriture inclinée, mélange du naskhî et du ta’lîq, qui sert en particulier dans les manuscrits persans.
La déclinaison en un vaste corpus de calligraphies n’empêche pas une unité rarement présente dans le reste de l’art islamique : l’écriture est donc un symbole fort d’unification et de distinction, qui mène parfois à la création de pseudo-calligraphies, illisibles, mais marqueurs forts d’une identité islamique.



Calligraphie chinoise

calligraphie chinoise

La tradition veut que les caractères chinois aient été inventés par Cang Jie (~2650). Ses compositions étaient fondées sur l’observation de la nature, c’est pourquoi on disait qu’il avait deux paires d’yeux… mais c’est très probablement une légende. Une autre tradition fait remonter l’invention des caractères à Fuxi, le légendaire premier empereur.
La calligraphie chinoise est le fondement de l’art chinois au sens moderne du terme, la beauté visuelle des idéogrammes, la technique sur laquelle elle s’appuie et les enjeux plastiques qui y sont liés incarnent l’ensemble des préceptes métaphysiques de la culture chinoise. Elle est devenue un art majeur.
C’est bien plus tard, de façon totalement indépendante, que s’est développé en occident l’art de la calligraphie. En Europe, durant tout le Moyen Âge, il a été presque exclusivement réservé aux moines copistes. Par la suite, il fut enseigné à tous sous forme d’écriture à la plume avec les pleins et les déliés.
Durant la même période, l’art islamique va créer une calligraphie spécifique à sa forme d’écriture et en faire un élément des décors en architecture comme sur des objets usuels.
Avec l’apparition de l’imprimerie puis du traitement de texte, la calligraphie a été graduellement remplacée par l’art de la typographie, qui a rendu accessibles les catégories typographiques inséparables de la calligraphie elle-même. Par ailleurs, des calligraphes comme Mediavilla ont redonné à la calligraphie sa vocation artistique.



c koi une Charte Grafik*

La charte graphique est un document de travail qui contient l’ensemble des règles fondamentales d’utilisation des signes graphiques qui constituent lidentité graphique d’une organisation, d’un projet, d’une entreprise. Le terme vient du latin charta qui signifie « papier » et qui en français a pris le sens de « loi, règle fondamentale ».

Ce document dote l’organisation cliente d’un système de contrôle de qualité permettant de vérifier que chaque élément visuel (style de caractères, logotype, couleurs, signalétique, etc.) est employé à bon escient .
La charte graphique s’applique à définir :

• Le logo (couleurs, position dans la page, supports, déclinaisons et interdits)
• Les polices de caractères utilisées
• Les jeux de couleurs déclinables sur les différents supports de communication

• L’utilisation des éléments graphiques (filigranes, détail du logo agrandi, courbes et traits spécifique à l’entreprise)

• Les principes du choix des images et des illustrations.
*graphique



j-13

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui 13 octobre 2008, 13 jours avant inchallah le 26 octobre, le jour de la création officielle de ce blog. N’hésitez pas donc de jeter un oeil sur cette nouvellle vitrine.
N’oubliez pas donc de laisser des commentaires et de consulter mes pages sur mon petit projet de graphisme, édition, direction artistique, print et tout ce qui a rapport avec  les arts graphiques et le web-design .

ooooô, j’ai oublié un truc très important le 21 octobre c’mon anniversaire.



l'atelier des orchidées |
galerie ooaks de Nanouette |
artissima |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ART-EMOI
| Salvador Dali
| lessupermanga